AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 


 

 Hana ~ Les fleurs du Mal. En construction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité
................................



MessageSujet: Hana ~ Les fleurs du Mal. En construction.    Jeu 16 Déc - 7:08

Kigai Hana,la fleur de mai.
Konoha no Shinobi.



      Passeport Shinobi.

    ♠ Age : Au environ de 21 ans.
    ♠ Date et lieu de naissance : Konoha, période de fleuraison du village, en l'An 2.
    ♠ Nindô : Hana n'aspire qu'a une seule chose, être acteur du renouveau dans le monde des Ninjas, ainsi, pour cela, il pense que protéger celle qui lui a redonné goût pour cette voie est essentiel.
    ♠ Village actuel : Konoha.
    ♠ Rang : /
    ♠ Taille : Voir description physique.
    ♠ Couleur des yeux : Voir ci dessus.

      Psychologie.



Mes potraits
~


Ambitieux ; •••••
Vaillant ; ••••
Altruiste ; •••••
Vicieux ; •••••
Cruel ; •••••
Sensible; •••••
Serein; •••••
Vaniteux; ••••
Haineux; •••••

Description Physique

Spoiler:
 

Bonheur.幸福
An 20 de notre ère.

Le bonheur, tout comme n'importe quelle sensation, influence l'humain. Son état d'esprit, sa vie, est d'autant ce qui façon le corps que son travail, le sport qu'il pratique, et ses habitudes alimentaires. A l'âge de dix huit ans, dernière date à lequel on aperçu Hana au village de Konoha, celui-ci rayonnait.
Son visage et son corps avaient encore l'ardeur de l'adolescence, et son expression, la fraicheur et la candeur de celui qui sort de l'enfance. Autours de son épaule, trônait un bandeau de tissus recouvert de métal, au couleur du village de la feuille.
A en croire toutes personnes l'ayant côtoyé, la première impression que l'on avait de lui était plutôt bonne, comme si sa présence était une sorte de soleil, et que sa vie heureuse ressortait a travers chacun de ses mouvements. Car il était heureux. Une fiancé qu'il aimait et qui le chérissait, une réussite dans son métier malgré que le jeune homme ne fût pas le meilleur, une maison à lui. L'aboutissement d'un investissement, sa vie. Son aura, cette chose que l'on dégage par nos mouvements, notre humeur constante et ce « petit plus », allait dans ce sens. Une sorte de bienveillance, altruisme poussé à l'extrême, et une sérénité dans laquelle la haine n'avait aucune prise, tel un grimpeur s'attaquant à une parois trop lisse. Cependant, effet pervers de l'esprit, cette quiétude avait quelque chose d'inquiétant... Comme si cela n'était qu'un masque rieur, sur un océan de noirceur et de cruauté. Cela en devenait un parjure que de penser cela, car son visage n'avait que bonté et gentillesse.
Ce visage agréable, gardant la vigueur de la jeunesse, tout en étant marqué par l'expérience, et l'apprentissage d'un voie n'ayant pour but que d'enlever toute beauté à la vie, pour ne trouver que la disgrâce de la mort. Elliptique, le fasciés d'Hana avait le menton marqué, quelque peu agressif, sans toute fois l'être de trop. Mâchoires fines sous pommettes peu prononcées, le jeune homme possédait des yeux à la forme très étirée, surplombés de cils assez épais, presque féminins. Ses iris étaient d'un bleu pourvu de tons oscillants entre le violet clair et le gris métallisé. Ces yeux là savaient juger l'humain, lire en lui, ces yeux là savaient distinguer le bien du mal, le vrai du faux. Son nez, fin, mais assez pointue, n'avait ni l'ardeur de l'aquilin, ni la mollesse du camus, peut-être ce situait-il entre les deux... ? Sa bouche, peu large du fait de ses mâchoires délicates n'étaient ni pourvu de lèvres charnue, ni de lèvres sanguines. Pâleur caractéristique du Ninja, tout comme le reste de sa peau, dont la teinte opaline aurait pu être allouée à un malade. D'autre aurait vu là l'innocence et la pureté.
Ses cheveux, régulièrement entretenus afin de ne pas faire négligé, et de ne pas le gêner en cas de combat, lui tombaient presque sur les yeux, tandis qu'à l'arrière, cette chevelure couvrait sa nuque. Crinière à la couleur commune, car brune de la base jusqu'à la pointe. On y voyait cependant quelques extravagances, car un timbre bleuté semblait ressortir de cette toison, lors des longues soirées hivernales, ou la pâleur ivoirine de la lune apparaissait transformée par la température.
Haut d'un mètre quatre vingt, Hana n'avait ni la grandeur d'un géant, mais apparaissait comme plus grand que la moyenne, des muscles fermes sans être raides, allié à une carrure affligeante de normalité, faisait de lui un être sous estimé, malgré une force importante. De toute manière, le Ninja a mille et une manière de se défaire des contraintes physiques... Parlons habillement maintenant, car il y a énormément à dire sur la tenue qu'il arborait auparavant.
Assez stricte, cette tenue était spécialement conçue pour laisser une liberté de mouvement assez grande, sans pour autant démunir le jeune homme contre des attaques au Kunaï et autre instruments d'un shinobi. Un veston, de couleur sombre, nanti d'un col assez ouvert et remonté, dont l'extrémité des manches était renforcés par une couche supplémentaire de matière, du cuir plus exactement. Accompagné de gants foncés, ainsi que d'un pantalon d'ébène. Du veston sortait encore un vêtement, comme le confins manteau assez longs.

Errance. さまよう
An 23 de notre ère.

 « Hana ? Le marchand de sashimi et autre sushis ? Oui oui je connais ! Un garçon bien obscure pour l'âge qu'il semble avoir... Bien que je me demande s'il est aussi jeune qu'il en a l'air. Avec son visage sinistre et ses yeux tristes. C'est que le petit monsieur a une profondeur assez étrange dans le regard... Comme s'il ne voyait pas le commun des mortels... C'est étrange. Et cela fait peur à la moitié du village, tandis que cela fascine l'autre. »

Quelques années plus tard, en d'autre temps, et d'autre lieux. On retrouve Hana alors âgé de vingt et un ans. Il n'a plus sur le visage qu'une pâleur maladive, et un regard qui semble crier sa déception. Celle de n'avoir pu connaître que de fugaces moments de bonheur, avant que le destin ne lui ravisse tout ce qu'il avait de plus cher. Son aura ne nous dis plus la joie que l'ancien Ninja éprouve d'être en vie, mais plutôt l'accablement de l'être encore. De
lui survivre. Il n'a pourtant pas beaucoup changé cependant... Ce n'est plus le même.
Ces cheveux sont longs à présent, noués en une simple natte derrière son dos, tandis que parfois il les laisse libre. Ce n'est plus la candeur dans ces yeux qui marque, mais plutôt la fatigue qui semble s'être déposée en son âme. Et ce regard qui se pose sur vous, aucune considération, et lorsque le marchant fixe le vide, on dirait qu'il cherche à voir « autre chose », quelqu'un d'autre. Le bandeau à déserté son épaule, comme lui à déserté son village.
Pour autant, son corps ne s'est pas dégradé, et il l'entretient avec soin, une vieille habitude qui lui sert néanmoins lors de la pêche, à contrario de tuer des humains, il les nourrit à présent grâce à son talent. C'est en est aussi finit des tenues strictes d'antan, il ne porte maintenant plus que des kimonos assez amples, joliment décorés, ou bien encore, il ajoute un manteau assez court les jours de grands froids.

Voilà le spectre qui parcours les rues du petit village, et qui s'en va parfois, itinérant, pour faire découvrir sa nourriture à d'autre.


Description Psychologique.

Ataraxie.アタラキシア
An 20 de notre ère.


Coéquipier d'Hana

 « Vous décrire Hana en quelques mots ? Je ne le puis pas... C'est une personne complexe voyez vous. On dit souvent que se plonger dans les méandres de l'âme humaine est aussi dangereux que de plonger dans un océan lors de tempêtes violentes. Alors se plonger dans une âme et un cœur si agité, c'est comme aller au suicide... On ne sait jamais quand un lame de fond viendra vous prendre de revers, pour vous écraser contre les récifs...

Ce ninja à apparemment la langue bien pendu, et la verve facile. Cependant, il semble savoir de quoi il parle, coupant court à ces élucubration, et intéressons nous au vif du sujet.

 « Hana est un homme foncièrement bon. Pas comme la plupart des autres, c'est à dire, engendré par un désir égoïste. Non, sa bonté n'a d'égale que sa générosité. C'est le genre d'homme que l'on admire pour ce qu'il est. Mais que l'on jalouse et hait aussi pour cette même raison. Profondément altruiste, il aime les gens, même si sa préférence tend pour les habitants de Konoha, il rechigne à tuer tout êtres vivants. Ne prenez pas cela pour de la faiblesse non ! C'est plutôt, comment dire, de la grandeur d'âme ? Franchement, j'ai un constat très rapide à faire... Comment ne pas haïr un homme qui semble à touts points parfait ? En le connaissant bien sur... Car tout chez lui n'est pas aussi rose que cela en a l'air. Chaque mortel a en lui sa part d'ombre, et n'étant pas divin, mon partenaire à lui aussi ses défauts. Déjà, ne lui faites pas de crasses, car il est extrêmement rancunier ! Bizarrement, lorsqu'il faut entrer dans le cercle vicieux de la Vendetta, Hana n'hésite plus ! Comme si sa morale ne lui dictait pas deux poids deux mesures, et que la vengeance l'autorisait aux plus grandes ignominies. Aussi cartésien qu'un planche de bois est causante, il croit en une existence supérieur qui nous guide, il croit au destin, et à des forces qui dépasseraient notre imagination... C'est assez ridicule, et certaines fois, cela lui joue des tours. Disons que malgré sa forte conscience professionnel et son sens des responsabilités, il faut parfois jouer les garde fou, car pour lui, certaines choses ne doivent être expliquées... Et souvent, c'est cette chose là qu'on lui demande de tirer au clair.

Sinon, il semble avoir des regrets, même si j'en ignore la raison... Tout comme ce regard nostalgique qui le prend parfois, comme s'il revivait une période de sa vie peu agréable. En parlant de déplaisant. Cela pourrait l'être autant que ces crises passagères... Folies parsemée de colère, de caprice et de démesure. Ce n'est plus le même, on ne le reconnaît plus... et je peux vous dire que dans ces cas là, je n'arrive pas moi même à le raisonner ! C'est vous dire l'ampleur de la chose...»



Désarroi. 混乱
An 23 de notre ère.

Soyons productif et complet. Pour cette description, utilisons un mode de narration que l'on nous autorise, celle qui nous permet de se prendre pour dieu. La narration omnisciente. Hana, après avoir perdu sa fiancé, perdit aussi tout sens commun. La folie qui le gagnait parfois autrefois n'en fut que doublé, et de téméraire, il en termina tête brûlé. C'est d'ailleurs au cours de sa mission de représailles ou le jeune était bien décidé à user de la loi du Talion, qu'il disparu. Il accomplit son objectif, mais personne ne le revit jamais. Ce qui changea chez lui ? Déjà, pour éviter de déborder, il devint de glace, afin que plus jamais il n'eut à user de violence. Afin de ne plus prendre la vie, le Ninja s'ouvrit à un de ses hobbies, la confection de sashimi, ou encore de sushis, et se transforma tout d'abords en marchand ambulant, avant de devenir sédentaire dans un village pas si éloigné de Konoha que ce qu'on pourrait penser.
Ainsi débarrassé de toutes émotions, devenu bloc de marbre dans un écrin de glace, il n'eut plus à pleurer sa fiancé... Bien qu'il perdit à cette occasion une partie d'humanité. Sombrant dans une sorte de dépression.
Il s'agit là des plus importantes évolution et pertes dans son conscient et subconscient...





Ce qui ne me tue pas me rend plus fort
Mon histoire.


Génèse;

La vie d'un Ninja, est ponctué de rires, de larmes, de mort, de vies. Humain banal, il devient une arme lorsqu'on l'affute avec précision. Cependant, on peut se demander comment aiguiser l'âme humaine à ce point. Il n'y a que la souffrance, le désespoir, la colère, qui le peuvent. Tout Ninja n'ayant pas connu de désillusion capable de lui faire mordre la ligne de la mort et de la vie n'est pas capable de se développer pleinement. A quoi sert de tomber ? A se relever, pour gravir les échelons. A quoi sert de souffrir ? Connaître ce que l'on infligera. Et le vent du nord tombera sur les cœurs, les glaçant jusqu'à la moelle, jusqu'au fondement même de leur humanité. Pour ensuite connaître la mort. Ce n'est qu'une histoire d'équilibre. Ce n'est que l'histoire de l'être humain. Nous sommes irrationnels, idiots surfaits, nous nous prenons pour les maîtres de la planète. Mais un jour viendra, ou l'homme connaîtra sa fin, par ceux même qu'il a négligé, malmené. Toutes personnes un minimum sensé le sens. Même s'il n'arrivera jamais à mettre le doigts dessus, ce sentiment, comme quoi sont sort est scellé, sa mort programmé, vit en lui, aussi légitiment que l'amour, le pardon, la rédemption ou le besoin de reconnaissance. Alors on se met à croire en dieu ou aux dieux, et à toutes ces foutaises religieuses. Pour se rassurer. Une vie après la mort ? Débilité absolue, il n'y a rien après la courte période passée sur terre, rien à pars le néant. Soyons réaliste, l'homme est destiné à disparaitre rapidement, après une vie laborieuse. Venant du néant, celui-ci l'appel... Un milliers de cris retentissant dans son âme, la fêlant, jusqu'à la brisure... Questions existentiels, qui viennent le tarauder, pourquoi être en vie ? Pourquoi moi et pas un autre ? Cassure de l'esprit... Nous sommes destiné à faire un retour à la source... La mort. Cependant, à cause de cet instinct de conservation dont on nous a doté, nous essayons de résister... Mettant sur l'extinction de notre vie des images au figures diaboliques, tantôt manifestation du démon, parfois, injuste preneur d'âme. La faucheuse, cadavérique fin pour l'homme, pourvu d'une faux balayant les cœurs, les esprits, ne laissant rien derrière elle. Les parques, vieilles femmes aux allures satanique, tirant les ficelles de la vie humaine, pour les couper sans aucune pitié. D'autres imagine la mort comme une belle et jeune femme, couverte de noir, qui vient vous prendre, la main dans la main, pour vous accompagner jusqu'à la fin.
Superstitions idiotes. La mort n'a rien de beau, n'a rien de cruel, n'a rien d'apeurant.... et surtout, la mort n'a rien d'un mythe. Elle est, tout simplement. Comme un enfant qui vient de naitre, elle est aussi réelle que vous et moi, aussi palpable que le bambin, aussi belle que ces joues rosées, aussi cruel que ses pleurs. Il n'existe rien de plus juste que la camarde, car même notre vie repose sur celle d'un million de semblables écrasés, lors de la fécondation.
Pourtant, lorsque la mort emporte celle que l'on chérie, on meurt à petit feu avec elle. Lorsque les mânes viennent prendre son cœur, avec lequel on a placé le siens... Un seul choix est possible. La mort des sentiments. Le vent glacial étreint le beau. Le vent glacial s'est refermé sur son cœur, pour ne plus le laisser éprouver de chaleur.

Le temps passe, mais la douleur ne pars pas, alors tant que ses blessures ne seront pas cicatrisées, jamais il n'ouvrira la voie à son âme, car il est a vif. Pourtant, un jour, peut-être, quelqu'un lui redonnera la chaleur, l'espoir, d'une vie nouvelle, d'autre chose. Le jeune homme noyant sa peine dans les petites choses de la vie, noyant son âme sous cette apparence trompeuse, celle d'un cuisinier, d'un vendeur, mentant à ses clients, ceux qui l'avait recueilli, se mentant à lui même.


Jin Kigai avait 27 ans, la première fois qu'il tomba amoureux. Récemment nommé assistant d'un conseiller de Konoha, tous s'accordait à dire qu'il serait la bouffé d'air qui permettrait au village d'avancer. Brillant, studieux, respectueux, le jeune homme était apprécié pour ses qualités, tout autant que pour ses dons d'orateurs, qui ne l'empêchait pas d'être discret. N'ayant eu d'autre but dans la vie que d'arriver dans cette position enviable, Jin n'avait jamais connu l'amour, la tendresse, et le parfum féminin. Ce fût au détour d'un couloir, alors qu'il était chargé de dossiers, que le jeune homme tomba littéralement sur celle qui partagerait sa vie.

[FB]

Dans le vague, son esprit s'aventurait dans les méandres d'un problème complexe. Apanage des grands hommes, occupés par leurs calculs, la politique, les budget. Suivant le fil de ses pensées plus que le chemin qu'il empruntait. Une masse de cheveux colorés de manière étrange le percuta alors, en pleine poitrine. Ses yeux s'écarquillèrent de surprise, et ses bras suivirent un réflexe conditionné par son humanité. Ouvrant ceux-ci, la pile tomba lourdement au sol, dans un bruissement des plus désagréable pour tout bureaucrate.

 « Non mais vous ne pouviez pas faire attention non ?! » lâcha-t-il d'un ton abrupt, ne s'occupant pas de celle qui lui était rentré dedans.

 « C'est à vous de regardez ou vous marchez ! J'ai essayé de vous éviter, au moins, moi. »

C'est alors qu'il leva les yeux. Un teint pâle, de grand yeux turquoises, des cheveux d'un noir d'encre, venant contraster avec sa blancheur. Un teint de porcelaine, une poupée. Le temps sembla alors se figer, alors que dans le bleu de ses yeux, Jin y vit l'amour. Alors que dans l'opalin de son teint, il y croisa une promesse... Elle serait sienne. Son cœur battit plus fort à cette pensé, alors que le rouge lui montait au visage.

 « Je … Heu, désolé... Journée fatigante, je divaguais.... » Bredouilla-t-il.

La jeune femme le foudroya du regard, avant de piquer un fard et de partir sans demander son reste. Déçu que cette entrevue soit si courte, le jeune homme soupira. Avant de voir cette pile de dossier renversée. Désespéré, il pensa aux heures qui l'attendait, afin de tout remettre en ordre.
Les premières rencontres ne sont pas souvent les meilleurs. Et pourtant, ce moment là changea sa vie à jamais.


Si on te cogne sur la joue droite, réplique deux fois plus fort sur la joue gauche. ストライキ


C'est selon ce principe qu'Hana avait été élevé. Certains deviennent agressif a cause d'un simple mot, à l'image d'un jeune homme connu, qui ne supportait pas d'être traité de « Mauviette ». D'autre encore, l'était tout le temps, et dérapait à la moindre goutte d'eau. L'eau appelant le sang, celle de l'ego. Celui que l'on nommait « la fleur de Konoha », était partisan de la vendetta.


La guerre n'est ni belle, ni glorificatrice. Le champ de bataille n'est pas prétexte à l'honneur ou le courage. Non, ce n'est qu'une vaste étendue d'herbe rougis de sang, propre au carnage, à la damnation. L'homme pourtant, a fait des batailles le fer de lance de son existence. Exister par les combats... Quelle futilité. N'avait-il pas idée de l'idiotie de cet état de fait ? Voler les vies pour prouver que la sienne est véritable ? Paradoxe totale, mais l'humain est ainsi fait.

Est de Konoha, An 22.

Des Kunais volent, indénombrables couperets du destins, et de la faucheuses. La lutte est terrible, si intense que je ne distingue de mes ennemis que des ombres informes, presque sataniques. Les shurikens suivent de près l'arrivé des aiguilles métalliques, les projectiles sont si nombreux que les compter en devient impossible. La première vague arrive, et les cloches d'alertes sonnent le glas, celle de notre existence, celle de notre futur. Je dois y aller, je dois combattre. Pour mon pays, pour mes amis, mes amours, pour que jamais mes enfants ou ceux des autres n'ai à subir mon sort. Je dois combattre, même si je sens que le destin à tracé une ligne qui s'arrête à l'extérieur de cet abris de fortune. Car je n'ai pas le choix. Et que même si on me l'avait donné, je n'aurais pu décevoir mes paires, et serait partit me battre.

Cette bataille n'est pourtant rien qu'une escarmouche, pour quelqu'un ayant connu les grandes guerres. Cependant, les génération se succède, les visions aussi. Dans cette lutte qui confronta une trentaine d'hommes, quelque uns survécurent.



Mais qui es-tu ?
~




    ♠ Prénom : heinhein !
    ♠ Age : 19 ans.
    ♠ Motivation pour le personnage : héhé !
    ♠ Ce que vous pensez du forum : fhufhu
    ♠ Fréquence de connexion : ho !
    ♠ Code :
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
................................



MessageSujet: Re: Hana ~ Les fleurs du Mal. En construction.    Mer 22 Déc - 22:41

Progression de la Fiche :


  • Descriptions → Physique : 100 %. Mentale : 100 %.
  • Background → 35 %.

  • Relecture et Correction → 10 %.

Revenir en haut Aller en bas
 

Hana ~ Les fleurs du Mal. En construction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: D é c h é a n c e ; :: Passé-

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Manga - BD